Muay Thai

La FLAM est la seule fédération des arts martiaux officielle et reconnue par le Gouvernement Luxembourgeois, le Ministère des Sports et le Comité National Olympique.

Les moniteurs et arbitres sont formés par l’ENEPS, Ecole Nationale de l’Education Physique et des Sports.

La FLAM a été fondée en 1952. Le premier club de Muay Thai a rejoint la FLAM en 2012.

Fédération Luxembourgeoise des Arts Martiaux / FLAM:

3, route d’Arlon Maison des Sports

L-8009 Strassen

Grand-Duché de Luxembourg

Bureau: Lundi - Vendredi 9h30 - 16h00

Tél +352 49 66 11

Fax +352 49 66 10

Email: sekretariat@flam.lu

Trouvez un club près de chez vous. Cliquez sur le nom du club afin d'ouvrir toutes les coordonnées du club concerné: nos club

N'hésitez pas de contacter le club concerné pour tous renseignements ou en cas des questions, s'il vous plaît.

Combattants exécutant le wai-khru (ou ram-muay) avant un combat amateur.

Autres noms

Boxe thaïlandaise (en abréviation : « boxe thaïe »)

Domaine

Percussion

Pays d’origine

 Thaïlande

Dérive de

Krabi krabong, Muay-boran

A donné

boxes traditionnelles ayant des origines communes avec le muay-thai : boxe birmane, kun-khmer, muay-lao, vo-tu-do

Pratiquants célèbres

Nai Khanom Tom (Thaï), Apidej Sit Hrun(Thaï), Ramon Dekkers (NL)

La boxe thaïe, ou muay-thai (thaï: มวยไทย, « boxe [du peuple] Tai »), parfois appelée boxe thaïlandaise, est un art martial et un sport de combat créé pour les militaires thaïlandais au XVIe siècle. Il est classé en Occident parmi les boxes pieds-poings (BPP), c’est-à-dire les boxes dites « sportives ».

La boxe thaïe trouve son origine dans des pratiques martiales ancestrales, notamment dans ce qu’on appelle en Occident le muay boran (boxe traditionnelle) et du krabi krabong (pratique avec les armes). La boxe thaïlandaise de haut niveau, c’est-à-dire de compétition, nécessite :

  • de fortes capacités cérébrales (vision de jeu, prise de décision adéquate et rapide, intelligence de jeu…), et capacités mentales, comme la détermination, la volonté et le courage.
  • de fortes habiletés techniques avec comme support des aptitudes physiques telles que la souplesse musculaire, la vitesse et la capacité de réaction à un signal (réflexes) ; et de surcroit, pour le combat au K.O-system, la puissance musculaire.

La boxe thaïlandaise est un sport très populaire de par son efficacité. Néanmoins son image de pratique pour tous, véhiculée comme comportant des risques physiques par l’utilisation des armes dures comme les genoux et les coudes, semble faire obstacle à son développement ; cela contrairement à d’autres boxes pieds-poings considérées comme moins contraignantes.

Avec la célèbre boxe birmane (bama lethwei), elle a la réputation d'être la plus violente des cinq disciplines pieds-poings du Sud-Est asiatique. Ses pratiquants estiment au contraire que toute technique peut faire l’objet de contrôle. On lui reproche surtout de répandre l'idée que tous les coups sont permis. Roger Paschy, un des pionniers de ce sport en France en parle ainsi : « La boxe thaïe (Muay Thaï) ne peut être un sport que les gens qualifient à tort et à travers de sport de voyou. Il nécessite beaucoup de volonté et d'assiduité. Mais, comme dans toute activité sportive, le professeur a un rôle fondamental dans la formation de l'élève. L'état d'esprit de l'enseignant aura une influence considérable sur le disciple. ».